Cette jeune mère témoigne de son agression sur Instagram Schiappa lui répond

Actualité L'amour est de saison. Les corps se dénudent et s'exhibent, la triste chair de l'hiver prend des couleurs d'épices sous le soleil. Reste à trouver son compagnon de jeu ou sa copine de plage. Ce qui, de l'avis général, paraît moins aisé que de commander une piña colada au barman de la piscine. Soleil ou pas, l'art de la conquête n'a jamais été plus subtil, plus compliqué, plus sophistiqué - la révolution sexuelle et l'émancipation féminine sont passées par là. Terminé, les cours galantes et les sérénades au clair de lune. Fini, la drague à la Aldo Maccione écumant les plages à la recherche de la nana d'un soir. Ringards, les baratins tout faits.

En ce moment

Bien, en Allemagne, au Danemark, en Daim et aux Pays-Bas, des coachs par séduction sont là pour déconstruire le cliché bien rodé qui a produire cette maladresse transfrontalière. La France dispose de ce que les anthropologues ont appelé une culture de contact élevé. Autrement dit, les gens sont habituellement plus proches les uns des autres lorsqu'ils parlent et établissent un liaison visuel plus direct. L'Allemagne, par vers, est plus en phase avec les autres pays du nord de l'Europe à cet égard. Elle appartient à un groupe de cultures à petit contact, dans lequel les gens maintiennent plus de distance sociale et évitent les interactions dominantes. Cela peut apparence évident mais le contact est une condition préalable pour draguer. Il n'est donc pas surprenant que la France s'en tire mieux que ses voisins nordiques et qu'Aurélie ait subi unique choc culturel en se promenant par les rues allemandes.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button