“L’écrasante majorité des gens ne veut pas sortir”

Le Figaro donne la parole à celles et ceux qui souhaitent raconter leur quotidien et partager leurs expériences en cette période exceptionnelle de confinement. On prend beaucoup à coeur notre mission, et nous sommes très touchés par les applaudissements de 20h. On se sent vraiment soutenus : on nous a même fait livrer des chocolats pour nous donner du courage!

Rien pour les titulaires de l’AAH sans enfant

Franck Seuret 15 octobre Ressources Commentaires. Une réponse aux conséquences sociales de la crise du Covid qui touche la France depuis début mars. Comme par mai…. Bonjour,mon fils n a charmer de chomage etanr serveur saisonnier alors pas le droit au rsa il fait comment. Je veux ca examiner si jai le droit de laide couvid.

Le miroir obscur de la société marocaine

Avec la première semaine de confinement à la dernièreLe HuffPost a suivi ternaire célibataires. Michael, 38 ans, prêt à tout pour rompre avec sa isolement, Brahim, 35 ans, un peu fatiguer et Yohan, 46 ans, un électron libre sans attache. Leurs prénoms ont été changés.

Une aide versée d’ici fin novembre

Judith Lachapelle La Presse. Elle croit combien nous ne sommes pas à aléa puisque nous nous protégeons toujours. La laisser déprimer ou y aller? Ordinairement, Dominique Vincent recevait une bonne quinzaine de personnes pour Noël chez elle, dans Lanaudière. Cette fois-ci, les ascendants seront seuls, et loin de leurs deux petits-fils nés cette année. Unique autre lecteur, Michel, se désole avec ne pas pouvoir voir ses double enfants pour Noël. Ceux-ci habitent excepté de sa région et les adhérent de la famille avaient prévu se retrouver tous les quatre pour une rare fois cette année. Nous exposons-nous à la délation et ou à une amende?

Mèmes drôles pour les célibataires bobonne

“C’est désert on dirait que c’est l’apocalypse”

Sid El Khadir, Oukacha. Nous sommes administrativement à Casablanca, mais très loin du centre-ville. Là, on retrouve Maria, Loubna, Houda, Kenza et Lakbira, flanquées avec leurs enfants, tous âgés de diminution de 3 ans. Elles se partagent le rez-de-chaussée de ce petit bâtiment à un seul étage. Elle former payer à ces femmes dirhams [27 euros] par mois pour garder les enfants. Quant à elle, elle travaille comme femme de ménage dans unique café du centre-ville et gagne dirhams [13 euros] par semaine. Juste avec quoi payer le loyer et la mourabbiya la nounou. Loubna, elle, vient du sud du pays. Elle a dû faire face à une gestation non désirée et au refus avec son partenaire de prendre ses responsabilités.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button